Vague de départs et pénurie de talents dans les ESN : comment y faire face ? Quelles conséquences sur le marché de l’emploi ?

Depuis quelques mois, les entreprises de services numériques (ESN) font face à un turnover important de leurs salariés et peinent à recruter des nouveaux talents pour les remplacer. Capgemini, Cognizant, IBM ou encore Accenture : tous ont des besoins en recrutement qui avoisinent 20% de leur masse salariale afin de poursuivre leur croissance sereinement. Comment faire face à la pénurie de talent côté ESN ? Quelles sont les conséquences sur le marché de l’emploi ? Et comment tirer son épingle du jeu en tant qu’indépendant ? 

On fait le point avec vous dans cet article.

1. L’impact de l’épidémie covid-19

Le turnover des salariés est une chose bien connue sur le marché des ESN. Néanmoins, depuis 2021, les taux de turnover ont atteint des niveaux jamais vus jusqu’alors. Selon des experts en ressources humaines, cela s’explique d’une part, par un rattrapage par rapport à 2020 où les consultants, alors plongés dans une période incertaine avec la covid-19, n’avaient pas en tête de changer d’emploi. Et, d’autre part, par un changement profond dans les désirs et aspirations des salariés suite à l’épidémie de covid-19 : tant au niveau de leur qualité de vie, qu’au niveau de leurs aspirations personnelles. Si certains ont fait le choix de la reconversion pour trouver du sens à leur vie professionnelle, d’autres mettent l’accent sur leur qualité de vie au travail. « Aujourd’hui le critère numéro un de recrutement est la flexibilité du travail, c’est-à-dire la façon dont le télétravail est perçu dans l’entreprise » selon Béatrice Kosowski, Présidente d’IBM France.

2. Comment réagir lorsqu’on est une ESN ?

Pour les RH des ESN, le challenge est grand : recruter de nouveaux salariés qualifiés dans un secteur en pleine pénurie de talents. En effet, « pour tout le secteur la pénurie d’experts est le premier frein aux 4% de croissance promis par les cabinets d’études de marché pour les années à venir » selon un article du journal Les Echos. C’est pourquoi deux stratégies sont mises en place : la première visant à améliorer les conditions de travail pour les salariés afin de susciter leur intérêt (télétravail généralisé, recrutement de juniors en misant sur la formation et l’accompagnement, mise en place d’une démarche RSE). Accenture a même décidé de passer à la semaine de 4 jours pour rendre encore plus attractives les conditions de travail proposées et faire se rencontrer les exigences actuelles des talents, la demande de flexibilité avec l’équilibre vie pro / vie perso.

La deuxième stratégie est de faire appel à des consultants indépendants afin de pallier aux problèmes de staffing au sein de leur organisation et ainsi continuer leur croissance grâce à ces talents bien souvent hyper-qualifiés.

3. Comment tirer son épingle du jeu en tant que talent ?

La croissance du nombre de projets IT associée aux turnovers en ESN et aux recrutements nécessaires, génèrent une foison d’opportunités à saisir.

A. En étant salarié

Si vous êtes actuellement salarié mais à l’écoute du marché, les opportunités sont nombreuses. En tant qu’expert IT, affinez votre projet de carrière, le contexte et type de fonction que vous souhaitez et mettez à jour votre profil LinkedIn, votre CV et vos disponibilités auprès des recruteurs ou des cabinets de recrutement.

B. En devenant indépendant

Si vous pensez depuis quelques temps à changer de statut et à tester le freelancing, c’est aussi le moment opportun. Mais attention, certains écueils sont à éviter. En effet, le statut d’indépendant n’est pas à la portée de tous. En plus de nécessiter une expertise forte et des savoirs faire dans un domaine bien précis pour être attrayant pour les recruteurs, il nécessite aussi beaucoup de soft skills et de savoir-être.

Devenir freelance c’est faire face à de nouvelles problématiques que vous n’aviez pas en tant que salarié. Un freelance doit donc avoir certaines qualités, indispensables afin de mener à bien ses projets :

  • un sens de l’organisation aiguisé,
  • une capacité à travailler en autonomie,
  • aimer rencontrer des gens nouveaux, être sociable afin de s’intégrer aisément et rapidement dans de nouvelles équipes
  • être polyvalent afin de pouvoir gérer plusieurs tâches en même temps, y compris son administratif (notamment au niveau de la comptabilité et de la gestion de son statut),
  • être bon communicant et pro-actif pour assurer une totale transparence quant à l’avancée de ses projets,
  • être flexible, notamment sur le nombre de jours de présence sur site et la mobilité, dans le cas de déplacements
  • savoir et aimer travailler à distance,
  • et être un peu aventurier car un freelance ne sait jamais de quoi demain sera fait même si l’indépendance est au goût du jour en ce moment, impossible de dire s’il le sera encore dans quelques mois.

Il est donc très important, avant de se lancer en indépendant, de se poser les bonnes questions sur ses motivations et ses envies et de faire le point sur ses qualités et axes d’amélioration, tant d’un point de vue professionnel que personnel.

Le marché IT est porteur : de nombreuses opportunités s’offrent à vous dans les ESN ou en freelance en tant qu’expert IT. N’hésitez pas à les saisir en vous posant les bonnes questions au préalable. Si le freelancing vous tente ou si vous êtes un indépendant à la recherche de nouvelles missions, n’hésitez pas à faire appel à notre équipe de Resource Managers qui pourront vous accompagner dans votre cheminement, vos démarches et recherches en tant que consultant indépendant.

Catégories : Actualités